09 août 2006

Pénitencier...

LAS CRUCES JAIL.

5424WELL I SPENT LAST NIGHT IN LAS CRUCES JAIL.
RAIN AND HAIL. BORN TO FAIL. NOBODY COME FOR TO GO MY BAIL.
SUN DON’T YOU RISE NO MORE.
GUESS I KILLED ONE MAN ON THE COUNTY LINE. TOOK HIS DIME AND I BLEW HIS MIND.
NOW I’M JUST SIT
TIN’ HERE DOIN’ TIME. SUN DON’T YOU RISE NO MORE.
A RESTLESS WIND IS WHISTLING THROUGH THE CANYONS, THROUGH MY HEAD,
THROUGH ALL THE STRAITS THAT I’VE SURVIVED.
AND IN MY HOUR OF DARKNESS I KEEP COUNSEL WITH THE DEAD, JUST ENOUGH TO REMIND ME I’M ALIVE. I WROTE TO THE GOVERNOR FOR TO HEAR MY PLEA BUT HE DON’T EVEN ANSWER ME.
THE JUDGE SAID HE’S BOUND TO SET MY SPIRIT FREE. SUN DON’T YOU RISE NO MORE.
GAVEL FELL, HE CHOSE THE DAY, FRIDAY THE THIRTEENTH OF MAY. BUT I DON’T PLAN TO GO THAT WAY. SUN DON’T YOU RISE NO MORE. THAT’S TWENTY-ONE FELL BY MY GUN, WITH BULLETS IN THEIR BRAINS. JUST NEED ONE MORE TO MATCH MY AGE. THEN I’LL COUNT MY KILLIN’ DONE BUT I WON’T DENY MY NAME: QUICKEST WRIST OF THE CHAPARRAL AND SAGE.
NOW DESPERATE TIMES CALL FOR DESPERATE MEN, I’M JUST A KID BUT I’LL PRETEND.
MY TIME WILL COME BUT UNTIL THEN, SUN DON’T YOU RISE NO MORE.
BUT I SEE THAT GALLOWS ALTAR, THAT CIRCLE ‘ROUND THE SUN.
THEY’LL HANG ME IF I STAY HERE, SHOOT ME IF I RUN. THAT JAILER BETTER WATCH HIS PRIDE OR OFF MY WRISTS THESE SHACKLES SLIDE. HEAR MY RESTLESS FORTY-FIVE.
SUN DON’T YOU RISE NO MORE. AND DOWN THE VALLEY, DOWN THE ROAD, TO INFAMY I’LL RIDE.
I’LL TAKE MY PARDON ON THE RUN, WITH A TRAIL OF DEATH BEHIND ME AND DELUVINA AT MY SIDE,
TWO SILHOUETTES AGAINST THE SUN.

[EPILOGUE: GOODNIGHT MY ANDALUCíA. DON’T BUY ALL THE LIES THAT THEY FEED YA. AND WHILE YOU’RE HEADING SLOWLY TO SOME PLACE I CANT RESPECT, I’LL KEEP YOU IN MY COLLECTION OF REGRETSæDUERME BIEN, QUERIDO.] TWO GALLANTS

C'est vraiment une très belle chanson... Je ne me lasse jamais de l'écouter. Tellement belle que j'ai eu envie de la traduire... (enfin, j'ai surtout traduit les passages les plus simples...Du moins j'ai fait ce que j'ai pu...)

PRISON LAS CRUCES

J'ai passé la nuit dernière à la prison de Las Cruces. Pluie et grêle. Né voué à l'échec. Personne n'est venu me libérer sous caution (je sais pas pourquoi, c'est toujours moins beau en français ...)
Soleil, ne te lèves-tu plus?
Tu vois j'ai tué un type près de la frontière. J'ai pris ses petits sous et fait envoler son âme.
Là je suis assis à regarder le temps passer. Soleil, ne te lèves-tu plus?
Un vent agité souffle à travers les canyons,à travers ma tête, à travers toutes les mésaventures auxquelles j'ai survécu.
Et par ce jour sinistre, je m'entretiens avec la mort, juste assez pour me faire rappeler que je suis vivant.
J'ai écrit au gouverneur pour lui faire savoir mon appel mais il ne m'a même pas répondu.
Le juge a dit qu'il allait sûrement libérer mon âme condamnée. Soleil, ne te lèves-tu plus?
Gavel y est passé, il a choisi le jour, Vendredi 30 Mai. Mais je ne prévois pas de finir comme ça... Soleil, ne te lèves-tu plus ?[...]
Mais les fins désespérées attirent les hommes désespérés.
Je ne suis qu'un gosse mais je ferais semblant. Mon heure viendra mais d'ici là, soleil, ne te lèves-tu plus ?
Je vois l'autel du gibet, ce cercle autour du soleil. Ils vont me pendre si je reste ici, et me tirer dessus si je m'enfuis...<Ce prisonnier ferait mieux de surveiller sa fierté,  ou de mes poignets, ces chaînes glisseront. [..]Soleil, ne te lèves-tu plus?>
Et au fond de la vallée, loin sur la route, vers l'infamie je tracerais mon chemin.
Je me repentirais au passage, traînant la mort derrière moi et Deluvina à mes côtés, deux ombres contre le soleil.

[Epilogue : Bonne nuit mon Andalousie. N'achète pas tous les mensonges avec quoi ils te gavent. Et alors que tu es en route vers des endroits que je ne peux pas garder en estime, je te ferais une place dans ma collection de regrets. Dors bien, ma chérie.]

                                           

Posté par lolajoy à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pénitencier...

Nouveau commentaire